Home

Petites ou grosses scieries : quels intérêts pour les propriétaires forestiers ? [974]

Envoyer Imprimer

logoFMcachetOn pense souvent que les grosses scieries sont plus rentables que les petites, or il semble que ce ne soit pas aussi évident que ça. Malgré la forte diminution du nombre de petites scieries en France, il reste un tissu de scieries locales encore actives et rentables. Les exemples des grands groupes allemands ou suisses qui s’agrandissent grâce à des subventions et des contrats d’approvisionnement à la limite de la concurrence déloyale sont nombreux. Ces grosses structures sont très fragiles, elles doivent aller de plus en plus loin chercher le bois et le payer de plus en plus cher pour être certains d’obtenir les marchés, parce que si la scierie ne tourne pas à plein régime, les coûts de fonctionnement deviennent vite ingérables.

Un maillage de petites et de grosses scieries est souhaitable, tant pour les forestiers que pour les scieurs. Actuellement, les grosses scieries achètent beaucoup de bois. Résultat : le prix des grumes est très élevé par rapport au prix des sciages. Ca peut sembler intéressant pour les forestiers mais cela va provoquer l’asphyxie des petites unités et lorsque les grosses scieries seront en situation de monopole, les prix des grumes chuteront très vite.

L’idéal serait que les forestiers trient et qualifient mieux leurs produits pour proposer des produits de masse, très calibrés aux grosses scieries, et des produits qui demandent du savoir-faire et de la souplesse pour les petites scieries. C’est la solution pour garder à la fois un tissu de scieries spécialisées et des prix de grumes élevés. [E.B.]

Rérat B. [2011]. Petites ou grosses scieries : Quels intérêts pour les propriétaires forestiers ? Forêt de France 541 : 10-14 (5 p., 2 tab.).

 

Newsletter

forêt-MAIL
Événements
Publicité
L'asbl Forêt Wallonne ne transmet ni ne revend vos données personnelles à des tiers.